Livres

Rien ne t’appartient – Nathacha Appanah

Elle ne se contente plus d’habiter mes rêves, cette fille. Elle pousse en moi, contre mes flancs, elle veut sortir et je sens que, bientôt, je n’aurai plus la force de la retenir tant elle me hante, tant elle est puissante

Depuis la mort de son mari, trois mois auparavant, Tara est en souffrance et n’arrive plus à faire surface. Elle se laisse aller, ne mange plus, ne s’occupe plus de son appartement parisien, ne se lave plus et se retrouve dans un état de confusion qui inquiète son beau-fils Eli… Est-ce seulement l’impossibilité de faire le deuil d’Emmanuel son mari qui la plonge dans cet état ?

A chaque fois que j’ouvre un livre de Nathacha Appanah, c’est toujours la promesse d’un intense moment de lecture. La beauté de ses textes émane de sa plume envoûtante, somptueuse et totalement immersive.

Dans le premier chapitre intitulé « Tara », l’auteure nous emmène très vite dans la vie de Tara, dans son présent de femme adulte et plus particulièrement dans sa vie intérieure. Tara est veuve depuis peu et elle glisse, sombre, s’enfonce, dérive dans une souffrance mentale. Emmanuel, son mari aimé, plus âgé qu’elle, avait été pendant toutes ces années passées auprès de lui, un rempart contre un passé douloureux. Depuis sa disparition, tout s’effondre, les souvenirs qu’elle avait refoulés et tus rejaillissent, des images émergent en elle, elle a des visions, elle aperçoit assis dans un fauteuil un garçon. Elle est constamment hantée, habitée, submergée par ces images qui tournent dans sa tête. L’auteure à travers son écriture exprime parfaitement le déséquilibre et les fêlures de Tara. Elle transmet les émotions et donne chair au personnage, elle arrive à nous faire vivre et ressentir tous les sentiments éprouvés par Tara si bien que le lecteur est dans la tête du personnage, on est perdu comme elle, on sent qu’une chose se cache dans le passé de Tara, on pressent le malaise qui l’habite mais sans vraiment comprendre où l’auteure veut en venir.

Dans le deuxième chapitre intitulé « Vijaya », une autre vie remonte à la surface, celle de la petite fille qu’elle fut, cette petite fille joyeuse, qui aimait rire et danser, entourée de parents aimants, dans ce pays d’origine, dont le nom n’est jamais prononcé. Toutes les descriptions de l’auteure, précises et concises, laissent place à l’imagination. Les odeurs, les couleurs surgissent au fil des phrases. Et puis très vite, sa vie va basculer tragiquement, elle connaitra l’oppression. On la dépossèdera de tout, de son enfance, de sa liberté, de sa dignité et même de son prénom…. Plus rien ne lui appartient…

Je ne vais pas déflorer l’intrigue, mais franchement je ne peux que vous conseiller de le lire. C’est un court récit mais un récit percutant, bouleversant, déchirant qui ne vous laissera pas indemne. C’est un livre qu’on ne lâche pas car on a vraiment envie de savoir où l’auteure va en venir avec la destinée du personnage.

Dans une langue qui va à l’essentiel mais qui reste empreinte de poésie, Nathacha Appanah signe une nouvelle fois un magnifique roman, brillant du début jusqu’à la fin, à côté duquel il ne faut pas passer.

Nathacha Appanah est née en 1973 à l’île Maurice. Journaliste à Lyon, elle vit en France depuis 1999. Elle est l’auteure notamment de Tropique de la violence et Le ciel par-dessus le toit, traduits en plusieurs langues. Rien ne t’appartient est son dixième livre.

Publicité

4 commentaires sur “Rien ne t’appartient – Nathacha Appanah

  1. Une de mes prochaines lectures pour le comité de lecture des bibliothèques de ma commune mais j’aime beaucoup cette auteure, la délicatesse de son écriture pourtant sur des sujets forts. J’ai survolé ta chronique pour garder mon plaisir de la découverte…. J’y reviendrai ensuite

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s