Livres

Et pourtant, elle tourne – Maïté Laplume

Et gardez en tête ce proverbe arabe : « On ne peut empêcher des oiseaux noirs de voler au-dessus de notre tête. Mais on peut les empêcher d’y faire leur nid… »

C’est l’histoire de Latzari Luma, une adolescente pleine de vie et de joie. Elle est l’aînée d’une fratrie de quatre enfants. La famille Luma déménage souvent car le père, Bernard, est chef d’escale dans une grande compagnie aérienne. En 1983, il est muté à Constantine et toute la famille s’y installe. Trois ans plus tard, ils sont bien implantés dans leur quartier et bâtissent des liens amicaux avec la communauté des expatriés français en Algérie. L’ambiance est festive, Latzari adore ça, elle qui aime s’amuser, danser, chanter avec ses frères, sœurs et amis. Elle profite au maximum de ces moments de bonheur et d’insouciance. Latzari semble être une adolescente bien dans sa peau et dans sa vie, mais ça c’est ce qu’elle veut bien laisser transparaître… Ne nous fions pas aux apparences, la réalité est beaucoup plus sombre.  

Lire la suite « Et pourtant, elle tourne – Maïté Laplume »

Livres

La Treizième Heure – Emmanuelle Bayamack-Tam

Pour une mère acceptable, il y en a dix qui sont folles à lier.

Farah est une adolescente intersexuée, elle est élevée par son père Lenny car sa mère Hind a fui le foyer dès sa naissance. Lenny est le fondateur de l’Eglise de la Treizième Heure, une communauté féministe, animaliste et queer, qui remplace les textes religieux par de la poésie française.

Lire la suite « La Treizième Heure – Emmanuelle Bayamack-Tam »

Livres

Ceux qui s’aiment se laissent partir – Lisa Balavoine

Tu n’étais pas la mère que j’attendais. Je t’ai couru après, espérée, redoutée. J’ai passé mon enfance à quémander ton amour, et ma vie d’adulte à le refuser.

Nous avons toujours été seules ensemble.

Je regarde des photographies de toi enfant. Je cherche la faille, des indices. Je voudrais que la réponse soit là, dans ton passé, visible. Je voudrais qu’elle me saute aux yeux. Je voudrais qu’on me donne une explication, une solution clé en main, qu’on me dise ta mère allait mal parce que. Alors je scrute, j’observe, j’invente des signes qui n’existent pas.

Retrouver Lisa Balavoine est un réel plaisir. Déjà son roman Eparse avait été un énorme coup de cœur, et voilà que je succombe à nouveau à Ceux qui s’aiment se laissent partir. Magnifique petit bijou dont le titre est aussi beau que le récit. Lisa Balavoine y raconte son enfance, sa relation tumultueuse avec sa mère. Une mère instable, fantasque, dépressive et défaillante dans son rôle de mère et une fille qui vit dans un tumulte permanent. Une mère qui ne cesse de rêver d’amour fou et une fille qui ne cesse de courir après l’amour maternel. « J’ai passé mon enfance à quémander ton amour, ma vie d’adulte à le refuser. »

Alors que faire pour ne pas sombrer avec elle ?  Fuir, mettre de la distance, partir… Comment se construit-on avec une figure maternelle défaillante ? Que faire d’un héritage maternel douloureux ?  Comment devient-on femme à son tour ? « Il paraît que dans toutes nos rencontres amoureuses, nous cherchons à retrouver la figure de notre mère. » Et comment devient-on mère avec un tel modèle, et ne pas répéter le même schéma ? « Parce que la fille que je suis ignore comment être mère ». Et puis comment continuer à vivre quand cette mère disparait ? « J’ai cru pouvoir oublier ma mère. Combien de temps faut-il pour mourir ? J’entends par là mourir durablement dans le cœur de ceux qui nous ont aimés. Cela fait des mois maintenant que tu n’en finis pas de disparaître. Il aura fallu remplir des dossiers, clôturer des comptes à la banque, aller payer tes impôts, rompre tes contrats d’assurance, faire l’état des lieux de ton appartement, rendre tes clés, dissoudre les dernières traces de ton existence. Pourtant, tu es dans des silhouettes que je croise dans la rue, dans les chansons que j’entends à la radio, dans les films que je regarde avec mes enfants, dans les échecs amoureux dans lesquels je me débats. Tu es là et je n’en peux plus de te savoir là, alors que tu n’étais déjà plus qu’un fantôme dans ta propre vie. Combien de temps faut-il pour mourir ? Trois mois, six, des années ?« 

Ce sont toutes ces questions que soulève Lisa Balavoine dans ce merveilleux roman.

Lire la suite « Ceux qui s’aiment se laissent partir – Lisa Balavoine »

Recettes

Tarte crust millet aux abricots, miel et fleur d’oranger

C’est la fin de la saison des abricots, alors pour cette dernière recette abricotée de l’année, j’ai réalisé cette tarte simple mais délicieusement gourmande.

J’adore la pâte de cette tarte, ça change d’une pâte sablée traditionnelle. Celle-ci est réalisée simplement avec de l’huile de coco, des amandes réduites en poudre, de la farine de millet et du miel.

Lire la suite « Tarte crust millet aux abricots, miel et fleur d’oranger »